Torture mentale transgénérationnelle

Publié le par Elena

Projet pour une machine à torturer, peinture de Octavio Guinart (site)

Je ne vous ai pas parlé d'une chose importante pour moi mais qui peut paraître futile à toute personne non concernée...

Et pourtant, j'ai été profondément touchée... dans mon être... intérieur...

Cela concerne mes notes à mon école d'asistante sociale. J'ai eu deux fois la note B qui équivaut à la mention "Très bien".

Et bien figurez-vous que j'ai été extrêmement déçue, même au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Cela vous semble ridicule ? Comme je vous comprends, et pourtant, malgré moi, au fond de moi, je ne pouvais m'empêcher de ressentir cette déception, voir cette honte de ne pas avoir eu de A. La colère est venue aussi participer de la fête comme seule manifestation de mon sentiment d'injustice dont j'ai voulu me débarraser en accusant mes collègues de travail d'être responsables de tous mes maux. Et que dire de toutes ces personnes m'ayant programmées à survoler les examens de cette école pensant qu'ayant déjà un diplôme de dentiste, ce dernier était gâge d'une facilité à toute épreuve pour tout type d'examen et d'études. Que neni !

Pourquoi une telle force à ces sentiments ? L'explication en est complexe et je dois remonter dans le temps pour la trouver. Mes deux grands-parents maternels, tous les deux brillants médecins, ont élevé ma mère dans un désir obsessionnel de perfection scolaire. Ils ne toléraient de ma mère aucune note inférieure à la perfection (en l'occurence 6 sur 6) sous peine d'avoir droit à un questionnaire véritablement sadique destiné à lui faire révéler l'origine de ses manquements et le pourquoi de ses lacunes, si minimes soit-elles, et tout cela dans avec un calme olypien. Cette éducation intransigente et pervers a si bien traumatisé ma mère, qui était par ailleurs une excellente élève, qu'elle a décidé de ne pas traumatiser ses enfants à son tour en ne manifestant pas d'exigence disproportionnée en ce qui concernait nos notes.

Mais, bien malgré elle, je me rend compte que le traumatisme a traversé les générations pour venir jusqu'à moi. Je me souviens d'ailleurs très bien que lorsque je ramenais un note moyenne à la maison, ma mère me répondait que ma note était bien mais je sentais parfaitement qu'elle ne le pensait pas du tout.

Ainsi, je me suis torturée toute seule lorsque j'ai appris mes notes, comme conditionnée par cette histoire familiale de "sadisme intellectuel" comme le nomme mon analyste.

Mais ce que j'en retiens de positif, c'est d'avoir pu ressentir profondément, dans mon être, le traumatisme de ma mère qu'elle a essayé, sans succès, de ne pas transmettre à ses enfants. Cela m'a permis d'avoir plus de compassion face à ses souffrances...

Publié dans État d'âme...

Commenter cet article

Marilor:0125: 21/03/2007 20:41

pas facile...

Elena 22/03/2007 16:19

Et non...

lancelot 19/03/2007 22:20

Ce n'est pas évident de se déprogrammer d'un schéma familial. En tout cas je constate des évolutions chez toi. Félicitations pour ce progrès ! Tendres bises. PS: les conseils de Gaiia sont très judicieux.

Elena 22/03/2007 16:19

En effet, il est difficile de mettre à jour des programmation et surtout de s'en défaire. L'inconscient est tellement fort et subtile...Bises, Lancelot !

lancelot 19/03/2007 22:17

Ce n'est pas évident de se déprogrammer d'un schéma familial. En tout cas je constate des évolutions chez toi. Bon courage !

gaiia 17/03/2007 18:17

le B est une très bonne note en effet, un autre prof aurait peut-être mis un A, c'est aussi vraimais le A est une meilleure note que le B et un autre prof t'aurait peut-être mis un C tout ça pour te dire que la note en elle même n'est pas importante, il y a quelque chose à comprendre pour toi là et tu fais cette démarche, c'est ça que je trouve extrêmement intéressant en toi et qui, je le pense sincèrement, fera de toi une bonne assistante sociale.parles de ta note à ton prof, demandes lui ce qu'il aurait fallu que tu fasses autrement ou de plus pour avoir le A et vises ce A puisque tu penses être capable de l'avoir... tu l'auras !je pense à toi et te souhaite bon courage pour la suite

Elena 22/03/2007 16:18

Tu as raison, gaiia, cette note est toute relative et dépend de l'appréciation du prof, appréciation très personnelle. Mais l'important est ce que cela a provoqué en moi et c'est ce qui m'intéresse pour mieux me comprendre.À bientôt, je t'embrasse....

Dani 16/03/2007 20:30

Hello Elena!Bravo pour ces magnifiques résultats! Tu peux vraiment être fière de toi...Je t'envoie plein de pensées positives et de lumière en restant certaine de ta force pour te sortir de ces conditionnements familiaux si peu valorisants.Bonne soirée, bises

Elena 22/03/2007 16:16

Merci de ta visite, Dani et de tes encouragement !C'est toujours un plaisir de te lire !Bises...