Merci à toutes et à tous !

Publié le par Elena



Je tenais à tous vous remercier pour vos gentils messages de soutien ! Ils m'ont vraiment tous fait très plaisir, même ceux que j'ai lu en rentrant aujourd'hui, après l'opération !

Alors encore merci !

Je vais vous faire un petit compte-rendu de cette expérience telle que je l'ai vécue car on apprend sur soi en toute circonstance.

Partie hier matin de chez moi à 6h00 (et oui, il faut être motivé !), j'ai pris le bus, mon sac à dos accroché sur mon dos. Arrivée pour 6h45, comme prévu, je suis admise dans ma chambre. Contrairement à ce que m'avais dit l'anesthésiste lundi dernier, je suis la première à passer (elle m'avait dit que j'étais la 3e). Je me déshabille, on me donne un dormicum, je me couche et patiente. On m'amène en salle d'opération après m'avoir transférée sur une sorte de brancard et m'avoir couverte d'une couverture chaude, quel bonheur ! Je me souviens alors simplement de la piqûre que l'infirmière a dû faire à plusieurs reprises pour trouver ma veine sur ma main gauche et m'installer une voie veineuse.

Et puis, plus rien.

Je me souviens m'être réveillée dans la salle de réveil et avoir entendu qu'il fallait que je me calme (j'ai, semble-t-il en effet, la mauvaise habitude de me réveiller de façon très agitée lorsque je ne suis pas encore consciente) et que le médecin n'avait pas trouvé le calcul.

Zut, alors, me suis-je dit ! (pour être polie...) tout ça pour rien !

On m'a ramenée dans ma chambre et j'ai dormi... dormi... et encore dormi !

Le médecin est venu et m'a expliqué la situation : il a exploré toute ma glande (et il ne s'était pas trompé de côté!) et n'a rien trouvé ! Pas l'once d'un caillou nulle part et ma glande se porte à merveille ! Incroyable alors qu'il y a encore 6 mois, on voyait très bien le calcul sur la radiographie. Il m'a expliqué que le calcul avait du sortir de lui-même, même si habituellement ça n'arrive jamais !

Mais, moi, je pense avoir compris. En avril dernier, un éminent professeur de stomatalogie de l'école où j'ai fait mes études (!) m'avait dit qu'il ferait sortir ce calcul en 5 minutes grâce à une petite incision de rien du tout, en ambulatoire sur son fauteuil de dentiste. Moralité, il m'a triturée pendant 45 minutes jusqu'à ce que je lui dise d'arrêter car j'avais trop mal. Il m'a fait deux points de sutures qui m'ont fait si mal les jours suivant lorsque je bougeais ma langue que je les ai enlevés moi-même. Et le seul résultat vivble pendant des mois de cette intervention est une perte de sensibilité au bout de mal qui n'est toujours pas revenue. Le professeur m'a expliqué qu'il a traumatisé le nerf lingual car il a dû le soulever sans cesse pour essayer d'accéder au calcul, sans succès !

Bref, je pense qu'à force d'avoir trituré dans tous les sens ce calcul salivaire, il l'a fractionné et lui a permis d'être éliminé par la salive, lentement mais sûrement. Alors tant mieux. Et si ça n'est pas la bonne explication, alors il s'agit d'un miracle car un calcul ne disparaît jamais tout seul !

Et puis, je voulais vous parler du lien étrange entre tout ce qui a entouré ce calcul et mon père. Tout d'abord, lors de mon premier rendez-vous chez le professeur, en avril dernier, il y a eu un quiproquos concernant mon rendez-vous. La secrétaire s'est trompée et a donné, le même jour et à la même heure, un rendez-vous avec un autre monsieur qui s'est avéré s'appeler exactement comme mon père : même prénom et même nom !

Et puis hier, ma voisine de chambre a reçu la visite d'une jeune femme enceinte. Cette personne lui a dit devoir accoucher dans deux mois, et elle a mentionné le jour exacte de la naissance de mon père !

Et pour finir ce long compte-rendu, j'ai pris conscience de la chance que j'ai eu avec ce calcul en écoutant et en parlant avec ma voisine de chambre qui a subi la même opération que moi. Par contre, le médecin lui a trouvé 4 calculs qu'il lui a retiré et sa glande est en si mauvaise état qu'il émet un doute quant à sa viabilité et la nécéssité ultérieur d'en faire l'ablation. Ce sera le temps qui le dira. En plus, elle a eu vraiment mal, ce qui fait que les infirmières lui ont un peu donné de morphine. Moi, j'ai eu très peu mal.

Et pour finir, tout le monde s'est très bien occupé de moi : les infirmières, les aides-soignants, le médecin... et ma chambre était très agréable, jolie, moderne et en plus avec une douche alors que j'ai simplement l'assurance de base !

Voilà : tout est bien qui finit bien ! Je suis heureuse que cette histoire se termine comme ça et je considère que j'étais prête à laisser sortir ce caillou : le message a dû passer sans que je m'en rende compte pleinement !

Je suis contente ! Très contente !


Publié dans Au jour le jour...

Commenter cet article

antenor 01/10/2006 09:34

profite de cet apaisement de savoir que tout va bien... bon week end !

Cassandre 01/10/2006 01:26

Contente de voir que tout s'est bien passé et que finalement ce n'était pas grand chose... enfin, dommage qu'ils se soient pas apperçu avant ton passage à l'hopital que le calcul avait "disparu" (dissolu ou autre) ça t'aurais évité une nuit à l'hopital !

marilor 30/09/2006 20:11

coucou! contente que tu te portes bien..tu sais parfois il arrive des choses plus ou moins inexpliquées..j'avais un kyste à la thyroide.;qui est parti le jour où j'ai découvert un secret de famille et que j'en ai parlé..peut-etre qu'il s'est passé quelque chose d'équivalent pour toi?? biz=)

Elena 30/09/2006 21:00

Bienvenue sur mon blog, marilor !Oui, ce que tu racontes de ton kyste à la thyroïde est vraiment surprenant mais ça ne m'étonne pas ! Notre corps essaie souvent de nous envoyer des messages lorsque nous ne comprenons pas certaines choses, et c'est cela qui a dû nous arriver à touts les deux !À bientôt !

Cristal 29/09/2006 18:09

Félicitations pour la lecture du message, Elena ! Oui, écouter son corps, gardien de l'ultime sagesse.Merci pour tes mots dans mon espace, ils m'ont permis de découvrir ton univers et de te ressentir, et j'aime ce que je ressens. Tant de choses que tu exprimes trouvent un écho en moi !S'il te plaît, ne t'offusque pas pour le tutoiement, il m'est venu spontanément ("je dis tu à tous ceux que j'aime, même si je ne les connais pas." Prévert).Je t'embrasse Elena

Elena 29/09/2006 18:53

Merci d'être venue faire un tour chez moi : ça me fait très plaisir ! Et ne t'inquiète pas pour le tutoiement, je ne me sens pas du tout offusquée mais plutôt heureuse de ce qui se dégage de ton message très sympathique !Comme promis, je vais explorer un peu ton blog qui promet !À bientôt, j'espère !

Loona 29/09/2006 17:42

contente pour toi aussi , c'est pas cool les ennuis de santé , merci pour ton com ça fait du bien de se sentir comprise .
Courage a toi aussi , bizz bon week end

Elena 29/09/2006 19:06

Je t'en prie, Loona. Ton article a fait écho chez moi, c'est pour ça que je t'ai un peu comprise et que j'ai eu envie de te soutenir et de te dire : "courage et accroche-toi !"