L'abolition de la peine de mort bientôt inscrite dans la Constitution

Publié le par Elena

L'execution de Lady Jane Grey, peinture de Paul Delaroche

Voilà une bien bonne nouvelle en France que je tiens absolumment à partager avec vous tant elle est important en matière de Droit Humains :


Un quart de siècle après son abolition, l'Assemblée nationale s'apprête, mardi 30 janvier, à accepter l'inscription de l'interdiction de la peine de mort dans la Constitution, avec l'adhésion quasi unanime de tous les groupes politiques. "Nul ne peut être condamné à la peine de mort"  : cet article unique du projet de loi constitutionnelle modifiera le titre VIII de la Constitution, consacré à l'autorité judiciaire.
Décidée par François Mitterrand, bravant une opinion publique défavorable, au tout début de son premier septennat, l'interdiction de la peine de mort, votée le 10 octobre 1981, fait désormais consensus chez les parlementaires. Jacques Chirac, qui avait fait partie des onze députés RPR ayant voté l'abolition en 1981, avait décidé, début 2006, de réviser la Constitution afin d'en consacrer le principe pour qu'il ne puisse pas être annulé par une simple loi.
Une initiative largement applaudie sur les bancs de l'Hémicycle par une large majorité de parlementaires UMP. L'UDF y est également favorable ainsi que le PS et le PCF. Le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, qui a trois représentants au Parlement (un député et deux sénateurs), s'est en revanche déclaré hostile.

ROBERT BADINTER DÉFENDRA LE TEXTE AU SÉNAT

Comme ils l'ont fait en commission des lois, les députés devraient repousser en séance les amendements de deux députés UMP demandant le maintien de la peine de mort en cas de guerre et de menace contre la nation.
Une fois voté par l'Assemblée, le texte sera défendu le 7 février au Sénat par le socialiste Robert Badinter, père de la loi de 1981 sur l'abolition de la peine de mort.
S'agissant d'une révision de la Constitution, il sera soumis, avec le gel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie et la réforme du statut pénal du chef de l'Etat, au vote du Parlement réuni en Congrès à Versailles, probablement le 19 février.
L'inscription de l'abolition de la peine de mort dans la Constitution permettra en outre à la France de ratifier deux protocoles internationaux : un protocole européen de 2002 et un autre de 1989, signé à New York, qui prescrit une abolition définitive de la peine de mort.

Article paru sur Le Monde.fr


Que pensez-vous de cette anvancée ?

Commenter cet article

andré 04/02/2007 18:43

Je suis un adversaire de la peine de mort depuis longtemps. J'ia écrit un modeste article sur mon blog à ce sujet. Mais il ne faut pas oublier qu'on tue encore en Chine "légalement", On égorge aussi des innocents dans certains endroits d'Afrique du Nord sous prétexte d'obéir à un Dieu ! Et malgré tout des gens sont favorables à la peine de mort , en France, près de nous, alors que nous avons la chance de nous être débarrassés de cette ignominie!

ariaga 01/02/2007 11:29

Je pense que cette avancée était indispensable car elle rend la chose quasiment irréversible. Bises.

Elena 01/02/2007 18:20

Oui, c'est indéniable que c'est une grande avancée !Bises, ariaga !

PhÚne 31/01/2007 16:10

Je pense qu'elle peut raviver l'idée du pardon dans tous les Coeurs...

Elena 31/01/2007 21:11

Tu es plein d'espoir, Phène... mais ne faut-il pas toujours croire en l'humain ?

Françoise 31/01/2007 13:47

Je pense que ça pourrait peut-être diffuser la pensée au monde entier qu'il faut faire cesser cette abomination dans tous les autres pays qui la pratiquent encore !
Dans ce blog que je visite régulièrement : http://biblioblog.fr/ est évoqué un texte de Victor Hugo "Le dernier jour d'un condamné". J'y ai laissé aussi un commentaire (pseudo "Tisseuse"....je me sers aussi de ce pseudo dans le site d'écriture des Impromptus : http://impromptus.fr/dotclear/  ).
Bravo Elena d'évoquer des sujets humains aussi profonds !

Elena 31/01/2007 21:10

Tu as raison, Françoise... il faut bien des exemples par-ci par-là pour initier des prises de conscience puis provoquer des changements. Et je ne peux m'empêcher de penser à l'évolution des droitsa des homosexuels...J'ai été visiter les liens que tu m'as mis et celui sur le livre de Victor Hugo m'interpelle beaucoup. Je ne savais pas qu'il avait écrit un tel livre et cela me donne l'envie de le lire.Bises et à bientôt !