Le Grand Silence

Publié le par Elena

Le Grand Silence, film réalisé par Philip Gröning

J'ai envie de vous parler de ce film-documentaire, Le Grand Silence, réalisé par Philip Gröning, que j'ai été voir hier soir, seule. Marie ne se sentait pas inspirée et moi j'étais attirée...

Après avoir travaillé dans une permanence pour la sécurité ce week-end, et être ainsi restée des heures seule, silencieuse, je me sentais hier dans une atmosphère méditative et contemplative suffisante pour aller voir ce film sans peur de m'ennuyer. Et cela a été le cas.

Ce film est fascinant. Mais quel mots employer pour transmettre... futilité des mots ?

Silence, beauté des paysage, instant présent, silence, paix, harmonie, vérité, essence, essentiel, communion, silence, sons de la nature...

Essence.

~~~~

Pour vous donner une meilleure idée de ce film, je vous mets ici la critique du site Pèlerin.com :

Elu Meilleur documentaire européen de l’année.

“Le grand silence” : un film exceptionnel

Le film documentaire de Philippe Gröning nous plonge dans la vie des moines de la Grande Chartreuse. Trois heures, sans un mot ou presque, sans musique additionnelle… Une expérience spirituelle et cinématographique unique.

Les moines ont attendus d'être prêts pour être filmés.
Tout a débuté en 1984. Il y a donc plus de vingt ans. Philip Gröning, jeune réalisateur allemand, propose aux moines de la Grande Chartreuse de réaliser un film documentaire sur leur vie quotidienne. « Nous ne sommes pas encore prêts, s’entend-il répondre un peu plus tard. »

Le temps s’écoule, le cinéaste multiple les documentaires (Victimes, témoins, en 1993) et les longs métrages (Summer, en 1986 ; Les terroristes, en 1993). Jusqu’à ce jour de 1999 où il reçoit un étrange appel téléphonique : « Nous sommes prêts, vous pouvez venir ! »

Les chartreux lui ouvrent leur clôture, l’autorisent à approcher leur vie contemplative, à filmer leur solitude et leur silence, à capter leur quête radicale de Dieu, à saisir le mystère de leur existence retirée. Pendant six mois, le réalisateur partage leur vie ; il en rapporte un film puissant sur ces solitaires de Dieu.


Une approche à la fois intime et discrète . Sans commentaire ni musique, Le grand silence nous embarque dans un voyage de trois heures à la frontière de l’absolu. De la cellule à la chapelle, des travaux quotidiens à la récréation dominicale, Philip Gröning filme discrètement, à distance, cette vie si intime et si austère.

Parfois, il s’approche, tente de percer, avec sa caméra, le mystère d’une vie entièrement donnée à la prière. Ainsi, les scènes où l’on voit un frère dans sa cellule, retiré en lui-même, priant silencieusement ou plongé dans la lecture solitaire de la Bible. On suit avec émotion les pas d’un vieux moine, montant péniblement l’escalier en pierre le conduisant à l’atelier de couture ; ou la manière simple dont l’un prie le chapelet.

Dans ce lieu si silencieux, le moindre bruit, la moindre agitation occupe une place démultipliée : le son d’un couvercle que l’on repose sur la pierre après la vaisselle, celui du ciseau qui découpe un tissu.


Le cadre : la nature et la parole de DieuLa nature est omniprésente dans ce magnifique site montagneux de la Chartreuse. La neige recouvre tout, elle protège et ensevelit le monastère. Les arêtes coupantes de la roche, la présence obscure de la forêt, l’air, l’eau, le feu… tous les éléments sont essentiels dans cette vie retirée.

Le film est rythmé par des versets bibliques (aux traductions parfois hasardeuses). Une manière d’approfondir la méditation du spectateur. A intervalles réguliers, Philip Gröning filme le portrait de ces moines et à chaque fois, on est surpris et émus de découvrir ces visages façonnés par des années de prière et de don de soi.

Le documentaire atteint des sommets de grâce avec des scènes simples mais bouleversantes, comme celle du baiser de paix, donné par de vieux moines aux postulants, ou celle des soins apportés par un jeune au corps abandonné d’un moine âgé.

« Il n’y a qu’à faire simple et on est heureux », confie l’un d’eux, dans l’unique séquence parlée. Une règle de vie qui vaut bien des philosophies et des doctrines.     

Laurent Larcher

Commenter cet article

Arianil 25/01/2007 22:04

C'est également un film que j'aimerais voir si j'en ai l'occasion. J'ai entendu une interview du reporter cinéaste sur radio ND. Très bonne impression.

Elena 25/01/2007 22:25

Tiens moi au courant si tu le vois, ça m'intéresse...À bientôt !

domi 23/01/2007 20:17

Je pense que c'est un film à voir, moi j'ai toujours été attirée par les monastères et tout ce qui concerne ce fameux silence qu'il me serait bien difficile d'appliquer bisous et bonne soirée

Elena 23/01/2007 22:38

Je pense qu'on se comprends, domi... j'ai cette même attirance...Alors je te conseille le film sur lequle je trouve difficile de mettre des mots...Bises...

fab 23/01/2007 17:15

faut que je le mate!:-)
 
fab

Elena 23/01/2007 22:36

Je te suggère d'y aller un jour paisible...À bientôt, Fab !

henri 23/01/2007 17:01

sans commentaire, ni musique...piouuuu! je suis comme Marie, moi ;-)

Elena 23/01/2007 22:36

Quelle est cette peur sous-jacente... ? Le silence est là, en toi....À bientôt, Henri...

Marc 23/01/2007 16:37

J' avais parlé de cet ovni le 21/12 sur mon blog sur foi d'un article du Monde mais je ne l'ai pas encore vu. Je l'aimerai, j'en suis sûr. Comme toi.Amitiés, Marc

Elena 23/01/2007 22:35

Je te le conseille, en effet, Marc....Bises...