Honte...

Publié le par Elena

Honte, peinture de John Luce Lockett (site)

Mon amie a parlé d'un sujet très grave aujourd'hui : ses auto-mutilations, son mal-être et la mauvaise image qu'elle a d'elle-même : sa mauvaise estime d'elle-même en réalité.

J'ai déjà parlé, dans un ancien article, du poids de la honte dans ma vie.

Je me sens toujours prisonnière de ce sentiment que je n'arrive pas à comprendre profondément et à évacuer, et il est vrai que mon amie le réveille parfois.

J'ai peur d'écrire et de la blesser, mais il faut que je parle. Je ne peux plus garder ce sentiment au fond de moi, le cacher pour le préserver de qui... ? de quoi... ?

La honte propage la honte. Personne n'aime ressentir la honte ou provoquer la honte.

La honte déstabilise. Elle peut même détruire.

Mon amie n'est pas parfaite, comme tout le monde, comme moi. Mais alors pourquoi cette honte ?

Nous sommes si différentes : milieux sociaux opposés, physique, facilité, scolarité, visions de la vie, sexualité, ... Presque tout devrait nous séparer !

Notre amour est si fort... mais j'ai parfois du mal à gérer nos différences. La honte vient, insidieuse et sournoise, me faire douter, me faire me sentir mal et alors je lui fais des reproches pour ceci et pour cela, ces différences que je n'assume pas et dont j'ai le sentiment qu'elles provoqueront un rejet de ma famille, de ma mère.

Et je crois que je viens de comprendre une chose essentielle !!

Je projette sur mon amie la peur du rejet que j'ai de la part de ma mère et une partie de moi-même rejette toutes ces différences qui sont synonymes d'exlusion !!

Si je ne suis pas surdouée, ma mère va me rejeter !
Si je ne suis pas jolie, ma mère va me rejeter !
Si je n'ai pas de diplôme, ma mère va me rejeter !

Et au fond de moi, je me suis toujours sentie pas assez intelligente, moche, bête et sans intérêt en face de ma mère... alors j'ai passé ma vie à cacher ce défaut fondamental. Alors j'ai couru derrière ce diplôme qu'à la fin j'ai eu le sentiment d'avoir usurpé, et je me suis difficilement autorisée à me sentir jolie et à séduire.

J'ai compris maintenant une partie de ce mécanisme qui me pourrit la vie et parasite ma relation avec mon aimée. Alors maintenant, que faire ??

Publié dans État d'âme...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoise 30/12/2006 21:57

Bonsoir Elena ! Je suis déjà allée voir ton histoire sur ton site perso, et c'est pour cela que je parlais de beaucoup de confusion dans les places et rôles des membres de ta famille.Tu portes énormément de douleur, et tu as sûrement été terriblement niée. Il me semble que, même si tu as fait un énorme travail psychologique sur toi, ton corps a dû probablement gardé une mémoire cellulaire de toutes tes souffrances morales de l'enfance. Il se peut même que, comme une mémoire-élastique, ton problème de glande salivaire ait débuté à la suite de quelque chose dans ta vie qui a réactivé la peur d'être engloutie que tu pouvais ressentir enfant. Même si ce n'est plus directement vis-à-vis de ta mère, c'est peut-être associé à cette marque profonde en toi. Si tu as une très forte intuition qu'il faut refuser l'ablation de ta glande salivaire parce que tout n'a pas été tenté, c'est peut-être que tu ressens que tu peux encore agir là dessus. As-tu possibilité de demander l'avis d'un deuxième spécialiste ? J'ai lu tes échanges sur le sujet avec Systoo. Les réponses techniques ne sont peut-être pas suffisantes à te satisfaire car tu saisis que ton corps te lance un appel. Et je crois que tu as immensément besoin d'être entendue et respectée. A bientôt

Moâ 30/12/2006 19:14

Hello :-)))Doit-on vivre en permanence avec la crainte (la peur) du regard de l'autre?Mécanisme auto-destructeur, qui annhile et reduit l'individu à ne chercher qu'à plaire au détriment de sa personnalité.Sois toi en toutes circonstances et reste-le.Bonne soirée et joyeuse fin d'année.Bisessssss.

Françoise 30/12/2006 08:09

Bonjour Elena !
Tout d'abord, je souhaite te dire que tout ce que je te dis sont des indications, des pistes à explorer. Je te connais très peu, et il faut rester très prudent sur des hypothèses psychosomatiques. je suis psychosomaticienne et psychogénéalogiste : il est évident que si tu faisais un travail auprès de moi, on aurait fait ensemble tout un bilan transgénérationnel et tout le déroulement historique de ton problème de glande salivaire.
Peur d'être incorporé = psychanalitiquement parlant c'est littéralement la peur d'être "bouffé", dévoré par l'autre. Le barrage calcaire dans cette option serait une option contre "je ne veux pas qu'elle m'utilise, qu'elle m'incorpore à des fins que je ne veux pas, qu'elle me manipule...."
La salive est biologiquement là pour aider à malaxer les aliments, les pré-digérer, les faire glisser afin de mieux les absorber, les assimiler. S'il y a des choses toxiques à assimiler, l'inconscient peut bloquer la fonction afin que cela ne glisse pas tout seul et qu'on est le temps de se protéger, qu'on est le moyen de refuser de tout assimiler.
Il est difficile de savoir si tu dois suivre ton instinct et refuser l'ablation de ta glande salivaire (qui te semble inconsciemment avoir été une bonne protectrice), ou si elle est trop détériorée et doit être enlevée. J'ai surtout envie de te dire que, même si elle est enlevée, il serait souhaitable que tu travailles psychologiquement là-dessus afin que le problème ne ressurgisse pas sous une autre forme biologique. Quoi qu'il en soit tu ne t'es pas sentie respectée par ce chirurgien, et ça cela doit être entendu !
Bon courage à toi !

Elena 30/12/2006 18:08

Bonjour Françoise,Je ne sais pas si tu as lu ma discussion avec Systool sur l'article concernant ma glande : je me suis un peu énervée sur lui...En tous les cas, j'apprécie beaucoup la façon dont tu m'ecris et je sens beaucoup de respect. Je sens bien ton côté thérapeute et j'aime ça !Tes hypothèses sont toutes nouvelles à mon oreille. En effet, moi, j'avais pensé plus à un message de mon corps concernant des idées rigides que je voudrais garder (comme peut-être la colère contre mon père, ou le mépris contre lui, ou la haine, ou le fait d'en vouloir à mes parents) mais qui ne sont pas bonnes pour moi et qui se manifestaient par des calcifications.Je t'avoue ne pas arriver à ressentir quelle est la bonne interprétations de ces calculs, je me sens un peu perdue...Et puis en ce qui concerne le fait que je ne veux pas qu'on m'enlève ma glande, ce qui me dérange profondément c'est l'impressio que tout n'a pas été fait pour la sauver. De nos jkour, on recours si facilement à la chirurgie, à l'ablation de l'utérus par exemple, à la césarienne. C'est devenu une facilité et je suis contre. Je voudrais que tout soit fait au maximum et alors si je n'ai plus d'autre choix, j'accepterai.En ce qui concerne ma glande, je n'ai pas l'impression que tout a été tenté... c'est seulmement mon intuition mais c'est ainsi.À propos de ma mère, je ne sais pas si je ressens encore ce danger d'incorporation. J'ai beaucoup travaillé sur elle et ma relation avec elle (si ça te dis et si tu en as le temps tu peux aller voir sur mon site perso www.elenasoleil.ch sur la page de ma mère, j'en parle). Si cette peur est encore présente, elle l'est beaucoup dans l'inconsient.Merci encore pour ton implication . Ca m'aide de toutes les façons de reéfléchir à tout ça !Bises...

lancelot 30/12/2006 01:39

La réponse de Françoise est vraiment appropriée. Je n'ai rien d'autre à rajouter que ce travail sur toi, tu pourras le faire à travers la vision pénétrante.Je me répète: quand un tel sentiment de honte s'empare de toi, met toi en posture de méditation et pratique de façon concentrée et consciencieuse les techniques de vision intérieure jusqu'à ce que ce sentiment n'est plus qu'un élément extérieur à toi et que ton esprit devienne serein. Si tu es trop agitée (intérieurement) pour t'asseoir alors sors marcher dans un parc public, à l'abri de la circulation et des passants. Concentre toi dans ce cas sur tes pas, puis toujours cette vision pénétrante sur ce sentiment chaque fois qu'il ressurgit. Que la vision intérieure t'éclaire sur la voie à suivre et te libère de tous sentiments négatifs.

Elena 30/12/2006 17:57

Merci de me rappeler que je peux méditer lorsque je ressens de la honte, lancelot. Ca n'est une technique que j'utilise habituellement, mais qui sait ? Ca pourrait venir...Bises...

koulou (flégroll) 29/12/2006 22:44

 il faut déjà savoir que le sentiment de honte est rarement fondé sur une réalité ... la honte nous est inculquée par l'attitude des autres ... donc, pour la combattre au moins se souvenir de celà ...
gros bisous 

Elena 29/12/2006 23:00

Je ne suis pas persuadée que la honte est forcément provoquée par les autres, ça n'est en tous les cas pas ce que je ressens. La honte est ressentie en présence des autres mais elle est là, à l'intérieur de soi, même quand personne ne vient la réveiller.Il y a aussi des théories qui parlent d'une origine transgénérationnelle de la honte (cf Tisseron).Bises...