De la haine au pardon ?

Publié le par Elena

Activité volcanique, transformation de la colère en pardon, peinture de Cynthia Ré Robbins (site)

Ayant décidé de faire un article sur le pardon, je me suis mise à chercher une peinture pour illustrer mes propos et voilà la peinture formidable que j'ai trouvé : celle que vous pouvez voir ci-dessus. Le peintre a ajouté une légende que je vais essayer de vous traduire car je la trouve très intéressante :

Cette image d'un flot de conscience commence avec un rouge ardent, dû à ma colère intense au moment où j'ai regardé un problème en face qui empêchait ma créativité. Au cours de mon travail sur la peinture, ma colère s'est dissipée et le personnage (qui me représente) émerge du volcan, libre de toute colère.
Tous les animaux et toutes les formes dans le tableau étaient vus dans la peinture et amenés vers l'avant. On peut interpréter ouvertement, comme avec un rêve. Est-ce que c'est un ancien magicien qui m'aide ou qui me maintient en bas ? Le chaman des Tropiques semble envoyer des encouragements, tout comme les dauphins. Je pense que tous ces petites formes sont des animaux et des anges ayant des pouvoirs qui m'aident. La violence de la Nature et  l'Énergie sont partout.

~~~~

Donc, pour en revenir au sujet du pardon, j'ai ma petite idée là-dessus, que vous allez peut-être ébranler grâce à vos commentaires.

Je pense que le pardon est une vrai libération pour celui qui demande à être pardonné mais tout autant pour celui qui pardonne.

Cependant, pardonner n'est pas simple et je ne crois pas du tout que cela puisse se décider grâce à la volonté. Je pense qu'il faut un profond désir d'arriver un jour à pardonner et aussi tout un cheminement intérieur, un processus et une maturation pour qu'un jour, la grâce termine le processus et permette à la personne blessée d'accorder son pardon.

La haine est destructrice pour celui qui la ressent, tout le monde le sait. Mais elle peut aussi permettre de vivre car c'est une énergie très forte. Le témoignage de Tim Guénard ("Plus fort que la haine" ) à ce sujet est poignant (vous pouvez aller voir de quel livre il s'agit sur le blog de Marie ici). Ainsi, cette étape de la haine peut avoir un sens et être salvatrice. Elle peut permettre une réaction de colère et de survie face à l'intolérable. Mais si cette haine perdure, alors elle devient destructrice.

On dit que la haine nait d'un amour déçu.

Pour ma part, je ressens beaucoup de haine pour ma famille, et mon père en particulier. Mon père dont je n'arrive pas à sentir un soupçon d'amour pour qui je suis vraiment, pour moi, sa fille. Il est si loin de moi, tout occupé à se protéger de je ne sais quoi... de ses propres souffrances d'enfant et de ses manques que mes demandes viennent imanquablement réveiller et qu'il ne veut surtout pas voir ni ressentir. Alors il s'est éloigné de moi en trouvant les bons prétextes...
Et idem pour ma mère, elle l'a fait à sa façon ne supportant pas mes remises en questions. Elle aurait voulu que je continue à l'idéaliser et à ne surtout pas la remettre en question... que je reste une petite fille qui la regarde comme une princesse inatteignable et inégalable...

Alors oui, je ressens de la haine pour cette ignorance, ce manque d'amour et ce déni de mon existence même ! Oui, je les hais parce que j'ai mal !

Alors comment même penser à leur pardonner leurs erreurs de parents ? Les ont-ils seulement reconnues ? M'ont-ils demandé pardon ?

Non !

Ils veulent que ce soit moi qui demande pardon et qui reconnaisse mes fautes car c'est moi la méchante ! C'est moi qui leur ai mal parlé !

Je reconnais les mots blessants et les attitudes blessantes que j'ai eu à leur égard, mais je sais que cela ne sert à rien de le reconnaître en face d'eux : ils vont simplement m'enfoncer encore plus !

Comment être en Paix ? Comment pardonner quand les peronnes qui m'ont fait souffrir ne reconnaissent rien : ni mes souffrances ni même mon existence ? Comment lâcher-prise et ne plus rien attendre d'eux, ces fantômes de ma vie ?

Publié dans État d'âme...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ariaga 21/12/2006 10:51

Tu vas dans tes favoris, tu cliques sur Ariaga et tu tombes sur ma note du 20 décembre, le péché qui est un texte de C.G.Jung. A bientôt. Ariaga.

Elena 21/12/2006 13:18

Merci pour la référence !À bientôt !

ariaga 20/12/2006 18:49

Je me demande si, dans tous ces ressentiments il n'y a pas, tout au fond, la vieille notion judéo chrétienne de culpabilité. La sienne, celle des autres etc. etc. Comme en ce moment je mets ma cervelle au repos, j'utilise des extraits de textes d'auteurs qui sont à la source de ma réflexion. J'ai mis , pour toi, aujourd'hui un texte sur mon blog en pensant  qu'il pouvait te faire "avancer". Bises. Ariaga.

Elena 20/12/2006 19:16

Merci pour l'info sur ton site, ariaga, mais je ne l'ai pas trouvée. Je n'ai vu en dernier que ton article du 14 décembre dernier. Peux-tu me redire de quel article tu parles ?Sinon, je pense qu'effectivement il y a de la culpabilité dans tout ce que je ressens...Bises et à bientôt !

Marie vie 20/12/2006 12:38

Bonjour Claire,Dis moi comment as tu fais pour pardonner à ton père ?Je ne dis pas que c'est impossible, par contre c'est bien quand on respecte le rithme des autres....Enfin chacun sa route et son chemin....J'attend ta visite sur mon blog....

Claire Ogie 20/12/2006 11:54

Tu poses une question. J'y réponds comme je le sens et non comme toi tu le voudrais...Bonne vie à toi. :o)

Elena 20/12/2006 12:04

Très bien, tu es libre... mais ce que les gens ressentent quand tu leur parles existe aussi.Bonne continuation sur ta route...

Claire Ogie 20/12/2006 07:12

Encore une petite précision. Je peux m'accepter telle que je suis. Mais je ne peux pas prétendre me connaître à 100%. Comment réagirai-je en cas de guerre, face à la torture,  serai-je assez forte pour résister ou donnerai-je tous mes amis, mes enfants, ma famille pour me sauver ?  Voilà une réponse que je n'ai pas. Il faut le vivre pour le savoir.  Mais, je sais me connaître, allez, à 90%.  Oui, ça je peux le prétendre, à 42 ans.  J'ai suffisament touché le fond dans ma vie pour le savoir.  @+ :o))

Elena 20/12/2006 08:59

Claire Ogie, sur mon chemin j'ai besoin de douceur, de compréhension, d'écoute et de respect, et pas forcément de leçons ou de jugements...Je ne nie pas ton chemin. Toi seule peut en juger et il semble avoir été difficile. C'est la même chose pour moi et si je dis que j'en suis là où j'en suis, je m'attends à ce que cela soit respecté. J'ai beaucoup été jugée dans ma vie surtout par ma mère et les phrases que tu utilises, moi qui suis encore extrêmement sensible au jugement, je ne les prends pas forcément bien, comme celles-ci en particulier :"J'ai l'impression que tu tournes en rond.Accepte-toi telle que tu es. Visiblement ce n'est pas encore fait. Cesser de vouloir tout diriger. Acceptation.Et, si je peux me permettre, le simple fait de ta réaction à mon commentaire montre que tu as du pain sur la planche..."Je me sens tout à fait capable d'écouter et d'entendre des points de vue ou même des conseils, mais la forme de ceux-ci m'est importante ainsi que l'intention que j'en ressens.Dans les propos de koulou ou de petite cerise, je ressens de l'amour, de la compassion et de la sagesse tandis que dans les tiens, je ressens quelqu'un qui juge et qui veut donner des leçons. Excuse-moi, je suis franche et je te dis ce que je ressens.Le fait d'avoir souffert ne donne aucun droit. Ni celui de juger ni celui de penser qu'on en sait plus que les autres.Mais en tout cas, merci de t'être impliquée sur mon blog, ça me permet d'avancer encore.À bientôt !