C'est ainsi !

Publié le par Elena

Réconfort, peinture de Mario Duguay (site)

Les commentaires que j'ai reçu sur des articles précédents m'ont fait réfléchir, encore et toujours.

On m'a reproché de sombrer dans l'excès d'analyse, de m'enfoncer, de noircir le tableau de ce que je ressens ou de ma situation familiale, de bloquer... en clair de ne pas lâcher-prise et m'occuper d'autre chose.

Évidemment, avec mon caractère, j'ai retenu ces propos qui m'ont blessée... ce qui n'enlève rien aux autres commentaires qui m'ont touchée plus positivement.

Mais j'ai besoin d'écrire, peut-être pour me justifier... c'est ainsi.

Oui, j'écris sur mon blog ce qui me fait mal.
Oui, je dis les choses telles que je les ressens et les vis.
Oui, j'ai décidé de ne pas me mentir.
Oui, j'ai décidé de respecter mon rythme d'évolution, même s'il ne plaît pas aux autres et qu'il donne l'impression que je ressasse (et qui peut juger de cela ?)

Non, je ne ferais pas semblant que tout va bien si ce n'est pas le cas.
Non, je ne dirais pas le contraire de ma vérité pour faire plaisir.
Non, je n'avancerais pas aux rythme qui arrangerait les autres.

J'ai mal, je souffre... c'est ainsi.

J'ai trop longtemps nié mes souffrances, maintenant, je les vis, que ça plaise ou non.

J'ai besoin de passer par là, et peut-être ai-je aussi besoin de ressasser. Ca, personne ne peux en juger. Je n'oblige personne à me lire.

Je tourne peut-être en rond... ? C'est ainsi. Ca n'est ni bien, ni mal : c'est juste comme ça.

Je souffre ? C'est comme ça.

J'ai mal ? C'est comme ça.

J'ai besoin de la reconnaissance de mes souffrance ? C'est comme ça.

Ca plaît ou ça déplaît ? Je m'en moque. Personne ne m'empêchera de ressentir ce que je ressens et de le dire.

Personne n'est en moi et je ne laisserais plus jamais personne penser ni ressentir à ma place comme ma mère l'a fait pendant des années.

Et j'ai du mal à accepter ce type de conseil qui vont dans le sens de : "Essaie de penser à autre chose..." ou encore "Lâche-prise", "C'est du passé, va de l'avant !"

Pour moi, ces mots sont synonymes de "Ta souffrance est bidon, elle n'existe pas!", "C'est de ta faute si tu souffres !", "Tu entretiens ta souffrance, tu n'as qu'à la lacher !"...

Je ne suis pas prête à lâcher ma souffrance. Elle est la, je la garde. Je ne l'ai pas assez reconnue, je ne peux la laisser partir.

Et pourquoi me justifierais-je sur le fait que je vis bien autrement que seulement en ressassant mes souffrances ? Pourquoi devrais-je insister sur le fait que j'adore la nouvelle formation à l'école de travail social que j'ai commencée, j'aime mon amie, me sentir utile, et que j'adore aussi sculpter la terre, créer, photographier, dessiner, lire, surfer sur Internet et faire l'amour ?

Et pourquoi devrais-je me justifier en parlant des fêtes de Noël qui approchent et qui ne sont pas belles et jolies pour tout le monde ? Et pourquoi n'insisterais-je pas sur le vide familial qui m'entoure mais qui entoure aussi mon amie ?

Voilà ma vie, elle est comme ça... c'est ainsi.


Publié dans Réflexions...

Commenter cet article

Fichtre 05/12/2006 13:14

Elenaje fais partie des gens qui se sont permis de te donner des conseils.. je préfère plutôt pistes... sûrement parce que l'éclairage des autres m'intéresse et me donne parfois des pistes d'exploration sur ce que je suis, mes questionnements, même si cela est une remise en question parfois.. De plus en plus quand je me sens agressé j'essaye de voir la résonnance que cela a en moi, au moins pour essayer de comprendre.. Souvent ce n'est pa sl'autre qui est en cause ce sont ces résonnances fruit d'une histoire qui a laissé quelques marques :-) Mais je ne suis pas toi et j'ai fait l'erreur de penser que tu pourrais être interessée. Daigne m'en excuserAmicalement

Elena 05/12/2006 17:35

J'accepte tes excuses même si je ne me suis jamais sentie agressée par tes propos. Je pense que l'on peut dire à l'autre ce que l'on pense ou ressent mais parfois il faut y mettre la façon. Et il est vrai que, comme tout le monde, je pense, j'ai des points sensibles qui se réveillent lorsqu'on les touche. Mais ce que tu dis sur réfléchir à son histoire et au pourquoi on se sent agressé, me parle et il me semble que c'est ce que j'ai fait...À bientôt !

gaiia 04/12/2006 17:17

Bonsoir elenata souffrance, audelà de la "garder" comme tu l'écris si bien, tu la "regardes" et droit dans les yeux en plussi toutes les personnes pouvaient être aussi sensibles que toi et bien il y aurait peut-être moins de personnes qui se sentent mal comprises, non entendues, jugées... coupables d'actes qu'elles n'ont pas provoqué !alors je t'en prie, continues, oui, continues de nous faire rêver, continues de nous donner de ta sensibilité, de ta souffrancec'est toujours avec grand plaisir que je te lis !à bientôt dans la souffrance ou dans la joie, peu importe, c'est le moment et l'échange qui comptent !

Elena 04/12/2006 20:50

Merci pour ton soutien, gaiia ! Et je suis d'accord avec toi : ce sont les moments vrais et authentiques partagés ensemble qui font notre bonheur et notre richesse intérieure. Peu importe s'ils sont douloureux ou heureux..Je t'embrasse et continue de te suivre, dans ton chemin vers ton authenticité !

Lancelot 02/12/2006 22:39

Mon regard balladeur se pose dans la "non-conscience" sur le lien à mon blog. J'en suis vraiment touché. J'espère qu'on gardera toujours ce bon et positif échange.

Elena 02/12/2006 22:51

Je t'en prie, Lancelot : le plaisir est pour moi d'avoir mis un lien de mon blog sur le tien.

kaleyd'o 02/12/2006 22:20

Elena, même si ça fait longtemps que je ne t'ai pas lu, je viens juste de lire cet article, même si je ne te connais pas du tout, j'ai des ressentis concernant ta sincèrité...D'ailleurs je crois bien qu'on est là pour cela. Il faut que l'on soit honnete à nous-même. En tout cas je vois la chose comme ça pour moi. Ton honneteté...J'aime beaucoup. Oui, tu analyse beaucoup, et alors? C'est bien. Ca fait mal, et alors, c'est comme ça que l'on avance.
Pourquoi les gens te jugeraient? Comment ils peuvent se permettre? Bon, disons que c'est comme ça, et qu'ils te fassent des reflexions, à mon avis tu as tous tes droits de les rejeter ou de foncer encore plus sur les questions qui te tracassent.
En tout cas, tu as l'air tellement intelligente que tu feras le bon choix, même inconsciemment.
Tu as souffert. Tu veux partager. Fais-le. Ou bien ne fais pas. Comme tu veux. En tout cas moi, je suis là pour te lire, pour essayer de te comprendre, comme pleins d'autres gens j'imagine.
Tu décortiques les choses...C'est comme ça qu'on avance. En tout cas moi, j'essaie d'avance comme ça.
Je suis avec toi...
Bises.......................;

Elena 02/12/2006 22:33

Coucou, kaleydo ! C'est sympa de prendre le temps de passer par ici : je sais que tu es bien occupée !Merci pour ton soutien et tes jolis compliments ! Ca me fait toujours plaisir !Bises et à bientôt !

Héroïne 02/12/2006 17:28

Parfois jaimerais ten dire plus mais je ne suis pas a la hauteur ce qui ne mempeche pas daimer justement ton coté mise a nue sans langue de bois... Parfois jaimerais te reconforter bien mieux bien plus comme toi c le faire avec moi mais je ne suis pas a la hauteur sois seulement sur dune chose c que je te li que je suis de tout coeur avec toi et que je suis a ta cause aquiseBise tendre ma douce Elena

Elena 02/12/2006 18:53

Merci héroine. Je sais que tu es là, que tu me lis quand tu en a le temps, tu me dis ta présence aussi et je sais que tu ressens les choses : ça me suffit.Merci...