De l'orgueil à la honte en passant par la culpabilité : tout un programme !

Publié le par Elena

L'Orgueil, peinture de Francis Grenet (site)

J'ai discuté il y a quelques jours avec une amie concernant nos familles respectives, et nous en sommes venues à parler de l'orgueil.

Je reconnais avoir un orgueil mal placé qui m'empêche de continuer à faire le premier pas ouvertement envers ma famille. Cet orgueil m'empêche d'imaginer pouvoir reconnaître en face d'eux mes torts car j'aurais l'impression de me soumettre et d'admettre que toute la faute ne vient que de moi. Je pense avoir un tel traumatisme des abus de pouvoir de mes parents et des relations basées sur les rapports de pouvoir et de soumission que je n'arrive pas à m'en détacher et à me dire que ça n'est plus le cas aujourd'hui, que je suis adulte maintenant et qu'en tant qu'adulte, je suis capable de reconnaître mes vraies responsabilités et de refuser d'assumer les leurs.

Pourquoi ai-je un sentiment aussi fort de devoir porter toutes les responsabilités et de devoir m'excuser de tout comme si j'étais la seule fautive, la seule responsable de tout ???

C'est seulement en écrivant tout ça que je prends conscience, maintenant, de la perversion de mon éducation qui m'a fait intégrer à l'intérieur de moi une espèce de culpabilité inhérente à mon être : "mon être est méchant, mauvais", ce qui explique ce sentiment permanent de honte que je transporte. Cette honte, je ne sais pas d'où elle vient, à quoi elle est due mais elle fait partie de moi. Mes cellules sont mauvaises, comme la mauvaise herbe qui nait ainsi. Je suis née ainsi, c'est tout du moins une espèce de sentiment diffus à l'intérieur de moi. Alors, j'ai mis au point des stratégies pour essayer, en permanence, de camoufler mes défauts de naissances imaginaires... Je ne sais pas ce que je dois camoufler, mais je camoufle... cette espèce d'imperfection imperceptible sauf à l'intérieur de moi...

Et pour revenir à cet orgueil mal placé, je me disais que si je retournais vers mes parents pour tenter je ne sais quoi, un rapprochement, une explication, alors je signerais mon arrêt de mort : celui de la coupable qui vient se repentir et chercher le pardon qu'on ne lui accordera que si elle se soumet suffisement, et encore, selon notre bonne volonté...

Je suis piégée dans un cercle vicieux dont je ne vois pas l'issue : soit je me culpabilise et pense ne pas agir par orgueil, soit j'agis (ne croyez pas que je ne l'ai jamais fait, mais les résultats n'ont pas du tout été concluants et se sont soldé par des échecs avec ma mère aussi bien qu'avec mon père, car je me suis positionnée et ai refusé de me soumettre) et le résultat est un fiasco total !

Comment me sortir de ce cercle vicieux et surtout arrêter de me culpabiliser ?

Mes parents n'ont jamais fait de démarche à leur initiative pour arranger la situation ! Jamais ! Jamais ! Et chaque fois que j'ai essayé, moi, de provoquer une discussion, ils m'ont dit : "Puisque tu veux me voir, je t'écoute !", sous-entendant que j'avais seule un problème, que j'étais coupable donc seule responsable et qu'ils daignaient m'accorder un peu de leur temps parce que je le leur avait demandé. Aucune remise en question, aucune prise en charge d'une queconque part du chemin de réconciliation à faire. Rien ! Du vent !

Je tourne en rond...

Publié dans Réflexions...

Commenter cet article

LABBE 02/05/2011 10:00



Pourquoi avoir mis un tableau de F. GRENET ?



ariaga 06/12/2006 15:05

Je suis venue voir ton blog, c'est une belle découverte. A bientôtAriaga

Dani 01/12/2006 18:41

Hello Elena!Tu ne m'en voudras pas si j'ajoute mon grain de sel...  ;-)Sans vouloir du tout te juger, ni même minimiser ton histoire de vie qui, je le sens bien,  t'apporte aujourd'hui encore bien des souffrances, je pense que Stella (que je ne connais autrement) n'est probablement pas sur la même longueur que toi (et du but de ton blog), mais qu'elle n'a pas chercher à te blesser.Au contraire, ce que je comprends, c'est qu'elle a essayé de t'aider en te suggérant (peut-être maladroitement) qu'au lieu de décortiquer tes souffrances quotidiennement, tu essayes de te changer les idées et de lâcher-prise... Ceci dit, ce blog étant le support de cette histoire de vie que tu partages avec nous, je suis persuadée que tu sais t'intéresser à bien d'autres choses, la preuve ces magnifiques photos que tu nous offres !Bon week-end.

Elena 06/12/2006 20:30

Je ne te réponds que maintenant parce que la tartine que je t'ai faite le jour où tu as posté a disparu lors du bug de ob et je ne m'en étais pas aperçue...Avec le recul, je sens très bien que stella n'était pas mal intentionnée, mais elle a pilé dans une de mes blessures et j'ai mal réagi, je m'en rends compte. En plus, je pensais qu'elle ne reviendrais pas (c'est comme ça dans ma famille lorsqu'il y a une dispute ou un malentendu : on rompt le pseudo-lien, sans autre forme de procès !) mais elle est revenue. Ca m'a fait beaucoup de bien, si elle savait... mais je crois le lui avoir dit...Merci pour ton passage et ton avis et à bientôt !

Fichtre 01/12/2006 13:00

Elena
Je pense que Stella n'a pas complètement tort dans partie de ce qu'elle dit même si elle le dit peut-être maladroitement :-) :
'laisse le temps faire son oeuvre, ne bloque pas sur cette situation, tu pourras ensuite l'envisager avec plus de sérénité'
Il faut parfois savoir lâcher prise avec certaines situations, certaines personnes, attendre (j'aime bien l'expression :-) ) 'que le travail se fasse' (ce qui ne veut pas dire mettre un coussin dessus). Je me rends de plus en plus compte d'erreurs que je fais parfois à me projeter en voulant intensément réaliser telle ou telle envie, en croyant l'autre, dans ma démarche... Dans les rapports humains nous ne sommes que très rarement sur exactement la même longueur d'ondes même si on s'obstine à le croire et l'on préfère se bercer d'illusions... 
Amicalement et merci de ton passage :-)
 

Elena 01/12/2006 13:11

Il est vrai que je n'aime pas avoir le sentiment qu'on me dit comment faire pour ne plus souffrir... la seule chose que je ressens alors c'est que l'autre ne veut pas entedre ma souffrance et me propose seulement de me dire comment m'en débarasser.J'ai envie et j'attends (oui, j'ai des attentes) que mes lecteurs entendent ma souffrance. C'est tout. Pas qu'on me dise comment m'en débarrasser. Je suis dans une période de ma vie où j'ai besoin de cette reconnaissance là. peut-être parce que moi-,ême, je n'arrive pas encore à suffisement la reconnaître.Je ne sens pas encore le moment de passer à autre chose, et je fais seon comment je ressens les choses. Un jour, j'en aurai marre, suffisement marre, et je lâcherais. Mais ce jour n'est pas encore venu...À bientôt !

Yog 30/11/2006 16:43

Je te comprends tout à fait Elena. Je vis une situation un peu similaire vis à vis de mes frères. La seule façon d'aller vers eux serait de me faire porter l'unique responsabilité de la situation et me faire passer pour le méchant de service. Face à des gens qui ne veulent pas se remettre en cause et qui ne veulent pas évoluer, on ne peut rien faire. J'en suis donc à un point de constater que je suis dans une impasse, car si je fais le premier pas, je sais que je retourne direct à la case départ. Il n'y a pas d'orgueil ou d'amour-propre là-dedans, juste un constat.
Donc en ce qui me concerne, j'ai renoncé à entretenir une relation destructrice pour me consacrer à des choses plus saines et plus constructives. Ce n'est pas parce que c'est la famille qu'on doit tout accepter.

Bon courage pour la suite et je te souhaite de trouver l'équilibre.

Amicalement

Yog

Elena 30/11/2006 17:27

Merci beaucoup pour ton message, yog ! Il me fait beaucoup de bien et me permets de voir les choses aussi de façon différente, surtout aussi après le commentaire de stella qui n'était pas très compréhensif... bref...Après avoir lu ton point de vue, je constate que, finalement, j'en suis encore à me sentir coupable / responsable de leur irresponsabilté et leur incapacité à se remettre en question.Je me sais capable de me remettre en question, de m'excuser et de reconnaître mes torts, mais cela est impossible avec eux qui vont utiliser cela à des fins de pouvoir et de domination, et surtout sans, eux, s'excuser pour le mal qu'ils m'auront fait... et cela tu me permets de m'en rendre compte de façon encore plus claire.MERCI à toi !À bientôt !