Sur le silence... d'or !

Publié le par Elena

Self-knowledge, peinture de Brita Seifert (site)

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'une chose importante dans ma famille, d'une des règles d'or : le silence !

Pourquoi le silence est d'or...

J'ai compris, à mes dépend, qu'il ne faut pas parler des choses qui fâchent. Ces choses qui ne sont pas entendables sont surtout celles concerant mes souffrances, et plus précisement mes souffrances d'enfant bien évidemment en relation avec mes parents !

Ma mère m'a appris une chose vitale : lui renvoyer une belle image d'elle en tant que femme et en temps que mère.. "Oohhh, mon beau miroir (c'était moi le miroir !), dis-moi qui est la plus belle ?", et je devais l'admirer, la valoriser, l'envier mais surtout ne jamais me mettre dans une position de rivalité en existant, moi aussi, en temps que petite fille, adolescente, puis femme. Je ne devais exister que dans mon rôle de miroir...

Inutile de vous dire que ma mère parlait de moi en disant que j'étais une "tombe" car elle me confiait certaines choses "secrètes" et que tout cela m'empêchait d'exister, tout simplement.

Simplement être un être vivant, humain, avec des désirs, des envies... tout cela n'était pas pour moi. J'ai longtemps dit de moi que j'étais un "zombie", une "morte-vivante".

Cette relation à ma même n'existait donc que dans mon rôle. Le jour où j'ai commencé à le refuser, à revendiquer le droit d'être entendue comme un être humain, souffrant, le lien qui m'unissait à ma mère a été rompu : plus de mère ! J'étais devenue la méchante à écarter...

Et du côté de mon père, ce n'est que récemment que j'ai voulu faire entendre mes souffrance, et les faire reconnaître. Mais même topo : je suis devenue la méchante et il a coupé tout lien avec moi !

Je reconnais avoir été, sur certains points maladroite et blessante, mais je sais que, et mon père et ma mère, ne peuvent s'autoriser à m'aimer et ont sauté sur le premier prétexte pour m'écarter de leur vie car je devenais trop demandeuse et exigente de vérité et de reconnaissance de mes souffrances.

Pour terminer, j'ai un peu conscience de l'excès dans lequel je peux être de vouloir dire les choses telles qu'elles sont et ne plus cacher quoi que ce soit. Cela est certainement encore une façon de réagir peut-être pas encore centrée, mais j'ai besoin de passer par là, de tout dire et de me libérer de ce silence imposé oppressant et mortel.

Voilà pourquoi je fais ce blog ! Voilà pourquoi j'ai fais mon site internet perso ! Pour dire les choses telles que je les ai vécue et pour que la planète entière puisse les lire !

Je ne veux plus de ce silence hypocrite qui ne sert qu'à garder de jolies apparences aux yeux du monde mais qui n'est en réalité que le contraire de la vérité !

Je sais qu'ils parlent beaucoup mais jamais à la personne concernée !

Je ne veux plus jouer ce jeux des apparences ! C'est fini ! Seule la vérité m'intéresse ! Ma vérité, celle des autres et le partage et l'écoute de ces vérités ! Plus de mensonge et d'hypocrisie !


Publié dans Réflexions...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

genfi 29/11/2006 23:28

Un jour une personne me confiait qu'elle était incapable de ressentir la moindre compassion pour sa mère. Je venais de lui dire que le pardon est plus facile à porter que le ressentiment.
Je l'ai donc invité à réfléchir à qui ferait du bien sa compassion si elle en epprouvait... Certainement pas à sa mère, de toute façon elles ne se voient plus. Mais plutôt à elle-même. En epprouvant de la compassion pour sa mère, c'est à elle seule qu'elle fait du bien. Elle se débarrasser de son fardeau de colère qui la ronge de l'intérieur au profit d'un esprit en paix.

Ce n'est jamais facile les conflits avec les proches.

Voici une petite anecdote:
Suite à l'invasion du Tibet par la Chine, un lama fut emprisonné de longues années et torturait quasiment tout les jours. Il finit par être relaché et rejoignit le Dalaï-Lama. Lorsque celui-ci lui demanda de quoi il a eu le plus peur pendant ces longues années de tortures, il a simplement dit: "de perdre ma compassion pour mes tortionnaires".

Bien à toi.

Elena 29/11/2006 23:52

Salut Genfi ! Je ne te contredirais sur aucun des points que tu développes dans ton commentaire car j'ai bien conscience de ce que tu dis. Je te dirais simplement que je ne suis pas aussi avancée sur mon chemin de compassion que ce lama dont tu racontes la très belle histoire. Par contre, j'ai décidé de ne pas me mentir, ou tout du moins de me mentir le moins possible, et en ce sens je fais mon chemin de vérité. Et ma vérité actuelle est celle de la souffrance, du désir de vengeance etc. Chaque chose en son temps : il y a un temps pour la prise de consience, la colère, le désir de vengeance, l'apaisement, la compassion... mais tout ne vient pas en même temps.Merci pour ton mot éclairé...À bientôt !

ambre 29/11/2006 18:20

mais oui, tu vois Elena me revoilà déjà!
j'ai plein de choses à lire ici ( je viens de lire ton texte sur l'égocentrisme et l'allocentrisme) mais peut être que je ne ferai pas de comment à chaque fois.......;
ce que tu écris est très inspirant,
tu écris pour grandir? tu fais grandir les autres..
à bientôt

Elena 29/11/2006 20:09

Merci pour ton commentaire, ambre, il me fait très plaisir ! Et j'apprécie de pouvoir échanger avec des personnes en réflexion et qui se posent des questions sur la vie, sur eux, leur histoire, l'être humain...À bientôt !

Julie 29/11/2006 17:40

Bonjour Elena.J'ai passé 6 années de ma vie dans un silence assourdissant créé après la mort de ma soeur aînée. 6 années où je n'ai pu "remplacer" celle qui était partie.Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre...Je t'écrirai peut-être plus longuement en privé.Je te souhaite tout plein de bonheur...à bientôt peut être

Elena 29/11/2006 20:07

Bienvenue sur mon blog, Julie !Merci d'avoir partagé un "morceau" difficile de ta vie...Bise et à bientôt !

keline 29/11/2006 15:37

Tout ce que tu n' as pas pu leur dire, tout ce qu'ils n'ont pas voulu entendre il faut bien que tu l'exprimes maintenant

Elena 29/11/2006 20:05

Et je ne m'en prive pas !À bientôt, kéline !

ambre 29/11/2006 10:01

bonjour Elena
je découvre ton blog et cet article sur ta souffrance face à ta mère me touche beaucoup
Patrick écrit en comm : " les mères font une promesse qu'elles ne tiennent jamais" je pense que ce n'est pas toujours le cas et heureusement non ?
es-tu une mère toi même?
je vais continuer de me promener "chez toi"
à bientôt

Elena 29/11/2006 12:00

Bienvenue sur mon blog, ambre !Pour répondre à ta question, non je ne suis pas mère, et je ne sais pas si j'aurai un jour un enfant. L'âge avance (j'ai 35 ans) et le désir d'enfant n'est pas réel et présent...J'espère que la visite de mon blog t'aura intéressée et si c'est le cas, n'hésite pas à me faire partager tes commentaires...À bientôt, peut-être ?Bises...