Devenir mère...

Publié le par Elena

La mère aux deux enfants, sculpture de Jean-Pierre Augier (site)

En rentrant de l'école, je me suis dit que j'allais écrire sur mon désir d'enfant, ou plutôt mon absence de désir. Chez moi, je me suis mise à chercher une image pour illustrer mon article et suis tombée sur cette sculpture qui représente parfaitement ma mère, moi et mon frère jumeau !

Elle avait coutume de dire, lorsque nous étions petits, à qui voulait l'entendre : "Je suis trois !", s'appropriant ainsi la vie de ses deux enfants. Mère très autoritaire et dominante, mon frère et moi étions très bien dressés et un regard de sa part suffisait à nous faire comprendre un faux pas et à nous remettre dans le droit chemin.

Mais je m'écarte...

Je voulais parler de moi, mon horloge biologique et mon non-désir d'enfant. J'ai 35 ans et je me pose cette question de la maternité depuis plusieurs années déjà.

Avec angoisse et peur... Comment pourrais-je ne serait-ce qu'envisager la possibilité de mon non désir d'enfant ?? Impensable... inimaginable... angoissant... une anormalité de plus...

Et voilà l'origine de cette peur : comment assumer ce non-désir ? Cela me parassait si impossible que je me torturais... me remémorant les paroles de ma mère qui se vantais d'avoir désiré des enfants depuis sa plus tendre enfance et qui aime toujours à s'extasier devant les tout-petits bouts de chou... Et puis, lorsqu'une amie n'avait toujours pas d'enfant à l'âge de 34 ans, le drame qu'elle en a fait, la harcèlant de se dépécher sinon... sinon... quoi... il serait trop tard... et alors, comment une femme peut-elle envisager une vraie vie de femme sans enfanter ??? Cela est tout bonnement impossible et impensable ! Et puis ma grand-mère qui, lorsque j'avais 31 ans, que je vivais déjà en couple avec mon amie sans qu'elle ne le sache, à l'époque, qui me sermone sur le fait que je suis pas encore mariée et que je n'ai pas d'enfant...

En réalité, aucune de mes ancêtre n'a désiré d'enfant ! Ni ma grand-mère dont je sais certaines choses que je ne vais pas prendre le risque de dévoiler ici... ni ma mère pour les même raisons. Sermons, sermons...

Vais-je être la première femme de cette lignée de femme dominantes, dominatrices et castratrices à assumer mon non désir d'enfant ?

Je n'a rien contre les enfants... ils me touchent, m'amusent, me font sourire et j'adore leur regard innocent. Seulement, j'ai beau écouter ce que j'ai au fond de moi, ressentir dans tout mon être, je ne me sens pas appelée à la maternité. Je ressens simplement un vide à cet endroit, en ce lieu, comme si cette dimension de la vie d'une femme ne m'était pas destiné, ici et maintenant.

Alors, j'ai décidé d'arrêter d'essayer de ressentir, désespérement, pour être normale et comme toutes les femmes, un désir absent de mon être et d'assumer ce que je suis et ce que je ressens.


Publié dans Réflexions...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cassandre 26/10/2006 13:42

Effectivement, la dernière chose à faire et de faire des enfants sans les désirer... on ne sait que trop ce que ça donne au final !On est conditionnée, certaines en ont vraiment envie, d'autre pas.. et celles qui n'en ont pas envie ne doivent pas aller contre... il faut simplement suivre son coeur et ses envies, pas la société et ses dictats.Alors ne culpabilise pas, tu as bien raison... :)

Elena 26/10/2006 19:15

D'accord avec toi, mais c'est pas toujours évident de s'écouter selon les pressions, entre autre familiales...Bises...

kéline 26/10/2006 08:07

De plus en plus de femmes reconnaissent qu'elles n'ont pas de désir d'enfant et c'est bien qu'il en soit ainsi, voila qui évite à des enfants de n'être que des objets pour épater la galerie et des faire valoir. Le tout c\'est d' être en accord avec soi-même. Parfois il se passe des choses inattendues à la naissance d'un enfant. des sentiments qui peuvent surprendre et les unes et les autres. Une femme qui pensait refuser sa maternité peut tout à coup l'assumer  , une qui la souhaitait au contraire peut ne pas faire face. A l'inverse il est dur tout autant de désirer un enfant et de ne pas pouvoir en avoir. C'était mon cas, jusqu'à ce que j'adopte un amour de petite fille. Elle me dit maintenant qu'elle ne veut pas faire d\\\'enfant que mais q\'elle adoptera. J'espère que le moment voulu elle fera le choix qui lui permettra de s'épanouir au mieux, c est à dire le sien.Très complexe tout ça. Mais pour terminer j'ai autour de moi des amies qui n'ont pas d'enfants (la génération avant la tienne) et qui sont super épanouies et heureuses. Il y a tant d''enfants ou d'adultes à materner que ce q'on appelle " l'instinct maternel " peut se vivre dans des tas de situations différentes

Elena 26/10/2006 10:40

Bonjour kéline ! Tu sais, quand tu parles d'objet pour épater la galerie, je me reconnais parfaitement dans ce rôle avec ma mère. Comme j'ai l'habitude de dire, nous étions, mon frère et moi, des animaux de zoo bien dressés !Et j'ai souvent entendu dire de certaines femmes que leur instinct maternel s'était réveillé à la naissance de leur enfant. Et quand tu parles de l'instinct maternel qui peut s'exprimer dans beaucoup de situations différentes, je me reconnaît parfaitement !Bises...

Indilou 26/10/2006 06:58

Tu as bien raison de t'écouter, il ne faut jamais forcer son désir mais s'écouter de l'intérieur.
Mais permets moi juste de te dire une chose, le désir d'enfant n'est pas "inné" et il se réveille parfois tard, alors qu'on ne l'attend plus. Alors ne te dis pas que toute ta vie tu auras ce non-désir d'enfant car tu ne sais pas ce qui t'attend (une rencontre amoureuse décisive par exemple). Je ne sais pas quel âge tu as mais c'est un facteur décisif dans le non-désir d'enfant: jusqu'à 27 ans je criais sur les toits que je n'aurai pas d'enfants et regarde aujourd'hui ... 3 ans plus tard seulement : )

Elena 26/10/2006 09:32

Merci Indilou, pour ton témoignage. Mon parcours est un peu différent. J'ai 35 ans aujourd'hui, l'horloge biologique avance. Je suis tout à fait d'accord avec toi, je connais des personnes qui ont eu un enfant proche de la quarantaine, le bon moment pour avoir un enfant s'étant révélé à cet âge là... je ne suis donc pas catégorique. Je pense que, simplement, j'ai besoin d'assumer, au jour d'ajourd'hui et comme tu l'as fait jusqu'à l'âge de 27 ans, le fait que je ne ressente pas de désir d'enfant. Cela me fait du bien d'enfin le dire, l'exprimer, et l'assumer, enfin je crois.Mais je suis ouverte: la vie est tellement pleine de surprises !En tout cas, ton bonheur est très très plaisant à lire sur ton blog !À bientôt !

domi 25/10/2006 18:18

Je crois que si tu ne le sens pas, il ne faut pas faire d'enfant, ma belle-soeur est comme toi, elle ne s'est jamais mariée consacre sa vie à ses parents et ne se voit pas du tout avec des enfants. Pour moi, c'est très dur à comprendre car j'ai la fibre vraiment maternelle, j'ai toujours su en faite que je serai mère, c'était encré en moi... je ne me suis pas posée de question. Je crois qu'il ne faut pas agir contre son instinct, c'est l'enfant qui en ferait les frais.  bisous

Elena 25/10/2006 19:29

Je sais que pour les personnes qui ont un vrai désir d'enfant, il est incompréhensible qu'une femme ne souhaite pas avoir d'enfant et alors il devient aisé de l'imaginer vieille fille s'occupant de ses parents, peut-être comme ta belle-soeur.Au contraire, je me sens très épanouie dans mon corps et dans ma sexualité, et on peut me comparer à tout sauf à une vieille-fille coincée, incapable d'avoir un partenaire et une vie de couple, et seulement bonne à s'occuper de ses parents.Je prétends même que beaucoup de personnes ne désirant pas d'enfant ont une vie très remplie sentimentalement, professionnellement, voire artistiquement et remplies de voyages et de rencontres humainement très enrichissantes.Des couples aussi, heureux en ménage, ont fait le choix de vivre leur passion et de ne pas avoir d'enfant.Il faut effacer l'idée que les femmes ou les couples qui ne souhaitent pas d'enfant sont des personnes coincées ou mal dans leur peau qui ont raté leur vie ou sont passées à côté de l'essentiel.Le choix de ne pas avoir avoir d'enfant est parfois très éclairé et conscient et fait partie intégrante d'un chemin de vie hors-norme et pas obligatoirement raté, mais au contraire conscient des priorités de la personne et de ses désirs profonds !Bref, je me rends compte que je me justifie... je ne dois pas encore assumer l'idée et la possibilité de ne pas avoir d'enfant... c'est comme si une voie intérieure me disait que si je n'ai pas d'enfant, alors j'ai râté ma vie...Que c'est lourd...

heroine 25/10/2006 03:36

pas envie pas la fibre pas capable.... Je suis pareille je ne voulais pas d'enfants, encors aujourdhui je mappercois que je suis loin d'avoir ce pti truc qu'ont ma mére et mes soeurs.... et pourtant... j'ai eu 3 merveilleux enfants et comme tu le sais le destin ma repris mon ainé, a present je suis mére, dans mes trippe dans mon coeur dans ma tete dans le plus profond de mon âme.... mais il y aura tjours quelque chose qui me rapel que je netais pas faite pour ce role.... Bien a toi ma douce

Elena 26/10/2006 10:41

Merci pour ton témoignage, héroïne, très touchant...