Sur la méchanceté...

Publié le par Elena


Après avoir discuté rapidement du sujet avec Cassandre ;-), j'ai eu envie de consacrer un article au sujet de la méchanceté car je crois que ma perception de celle-ci est en train de changer.

Pourquoi une personne est-elle méchante ?

Pourquoi une personne est-elle perçue comme méchante ?

Qu'est-ce qu'un acte méchant ?

Y a t-il une différence entre une personne méchante et un acte méchant ?

Les réponses que je donne à ces questions sont évidement teintées de mes croyances spirituelles...

Pour ma part, je ne crois pas du tout au Diable. Je crois que ce que certaines personnes appellent le Diable ne sert qu'à projeter à l'extérieur d'elles-même ce que Jung a appelé notre "ombre", cette facette de chaque être humain qui n'est pas valorisante, ou à justifier tout ce qui nous fait peur.

Pour moi, l'être humain n'est ni bon ni mauvais, il est, simplement. Et sur cette terre, il cherche désesperément à être heureux. C'est le point commun de tous les êtres humains.

Alors, pour ce faire, il va poser des actes, agir. Certain vont ressentir ces actes comme méchants. Pourquoi ? Peut-être parce qu'ils auront blessés, fait mal voir traumatisés... Deux être humains se seront alors rencontrés avec des façons de rechercher le bonheur complètement contradictoires...

Mais peut-on pour autant parler de méchanceté ?

Peut-être si l'on pense à l'empathie, la sensibilité, à notre capacité à inhiber des actes qui pourraient être blessants. Tout le monde ne naît pas avec la même capacité d'empathie ni la même sensibilité par rapport aux autres êtres humains.

Une personne pourra donc être considérée comme méchante si la nature ne la pas dôtée de suffisement de capacité d'empathie pour inhiber des actes qu'elle voudrait commettre pour son bonheur mais qui pourrait blesser.

Une phrase de Éric Baret, lue dans un de ses livres, m'a marquée : "si vous aviez été dans sa peau, comme lui, avec sa personnalité, son histoire.... vous auriez fait la même chose que lui"...

Cette phrase m'a beaucoup fait réfléchir.

L'existence de personnes aux actes apparement méchants pourraient, peut-être, et ce dans le but d'évolution de la création, permettre à d'autres de grandir... tout cela comme une création divine parfaite dans laquelle chacun aurait un rôle précis, unique et indispensable à jouer...

À méditer...

Publié dans Réflexions...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yog 26/09/2006 21:10

"Je pense, pour ma part, que le bonheur vient d'une paix et d'une sérénité intérieure, indépendante des événements de la vie. En ce sens, il n'y a plus de recherche de plaisir, lui aussi source de souffrance comme tu le dis si bien, mais acceptation de ce qui est, sans jugement et sans désir d'autre chose. Peut-être est-ce cette acceptation profonde qui généère la paix intérieure...?"
En effet, c'est très juste ce que tu dis. Une acceptation sans jugement, mais qui n'implique pas non plus une passivité dans les actes. Mais par contre, je m'abstiens d'appeler ça bonheur, car je préfère ne pas le nommer dans le sens où c'est un état particulier qui sort des conceptions mentales. Lorsqu'on parle du bonheur, automatiquement, il y a tout un ensemble de projections qui s'installe et donc il devient difficile de parler de cet état sans le déformer par le prisme du conditionnement. Mais, je crois bien que nous parlons bien de la même chose.
L'important étant surtout de mettre à jour les conditionnements que nous subissons.
Merci pour ces réflexions intéressantes et stimulantes.
Amicalement
Yog

Elena 26/09/2006 23:12

D'accord avec toi sur l'utilisation du terme "bonheur"... peu approprié à cela.Je n'ai rien a ajouter si ce n'est que je pense en effet que nous parlons des mêmes choses...Merci pour ce partage enrichissante !! et à bientôt !

Cassandre 26/09/2006 07:15

J'ai beaucoup réfléchi... Globalement ça rejoint mon idée, il n'y a pas de personnes méchantes...Mais est-ce que cette recherche du bonheur qui passe par le plaisir (qu'il soit ou non pervers) n'est pas veine pour ceux qui se complaisent dans la souffrance des autres. Sont-ils heureux, ou sont-ils simplement jaloux, et qu'ils souffriraient en fait d'une sorte de manque, le fait de ne pas savoir / pouvoir, épprouver de sentiments "positifs" ?Pour l'ignorance... il reste la communication, mais ce n'est pas facile du tout. Exemples, ici, il est de bon ton de ne jamais jamais exprimer ce qu'on aime ou pas, de façon véhémente. Si on aime, on dira, oui oui ça me va. Si on aime pas, il faudra dire, ça ne me dérange pas, pourquoi pas.Surtout pas, j'aime pas !Ca pourrait vexer la personne qui propose l'activité, le plat, le restaurant , la boisson, que sais-je.Il m'est arrivée d'être "méchante" ici, parce que j'ignorais les coutumes du pays. Et à Rome, c'est connu, il faut faire comme les Romains. Mais si je me trompais, très souvent, on m'a expliqué où je m'étais trompée. C'est cet échange qui a permis que la personne que j'ai "blessée" accidentellement ne le soit plus, du moins de la même façon (c'est qu'ici, il y a en a des choses différentes de chez nous !!!)Donc au fond, je dirais que la recherche du bonheur, passe de toute façon par la communication, et que cela ne fait pas de quelqu'un forément un être méchant.Je sais pas si je suis claire là............ désolée....

Elena 26/09/2006 17:52

Je pense que tout le monde cherche le bonheur mais que très peu de monde sait comment le trouver. Nous (et je m'inclu dedans) recherchons en grande majorité dans la mauvaise direction. Ainsi, je pense que les pervers font de même. Ils cherchent à leur façon mais ne trouvent pas.Ton expérience japonnaise est encore et toujours super intéréssante et le fait que tu y réfléchisse est passionant. Tu as du beaucoup t'enrichir de ton expérience et de tes rencontres là-bas : c'est vraiment super !C'est incroyable à quel point les codes de conduites peuvent être différents, voir opposés dans différentes cultures !

Yog 26/09/2006 00:30

Et si le bonheur n'était finalement que le produit du conditionnement ? Qu'est-ce que le bonheur ? Car pour le trouver, encore faut-il en connaitre sa nature ?Tout n'est que souffrance pour celui qui sait, dit Patanjali, il me semble. Que veut-il dire par là ? Que lorsqu'on parvient à comprendre les mécanismes profonds de notre être et de son fonctionnement, on comprend alors ce qui provoque la souffrance. Même le plaisir devient source de souffrance, puisqu'il est impermanent. Peut-être que finalement c'est la recherche du bonheur qui cause tant de souffrance ? Que reste-t-il alors ?Allons à la source. En connaissant la souffrance, en la comprenant et en explorant les mécanismes profonds qui nous animent, il est alors possible progressivement d'éviter les causes de souffrance. Au lieu de vouloir chercher le bonheur - car celui-ci sera souvent conditionné par un idéal que la société impose plus ou moins - au lieu de vouloir l'idéaliser, peut-être est-il plus judicieux d'éviter la souffrance...Je ne fais que soumettre des pistes de réflexions et je dois dire que le sujet est très vaste.Maintenant je suis d'accord avec toi pour dire que chacun a un rôle dans cette vie. Par contre, le pourquoi de ce fait ne m'intéresse pas particulièrement, càd, que je préfère éviter de trop théoriser sur quelque chose qui nous dépasse. Mais ceci est un choix personnel.Merci pour ces réflexions très stimulantes.AmicalementYog

Elena 26/09/2006 17:48

Texte de ta part, yog, qui me donne envie de te donner mon point de vue même si je suis d'accord avec beaucoup de texte. Alors je relèverai les points avec sur lesquels je me pose des questions...Je pense, pour ma part, que le bonheur vient d'une paix et d'une sérénité intérieure, indépendante des événements de la vie. En ce sens, il n'y a plus de recherche de plaisir, lui aussi source de souffrance comme tu le dis si bien, mais acceptation de ce qui est, sans jugement et sans désir d'autre chose. Peut-être est-ce cette acceptation profonde qui généère la paix intérieure...?Merci pour tes réflexions qui sont très intéressantes !

Yog 25/09/2006 13:03

Je crois qu'il faut par quelque part, voir la méchanceté sous différents aspects. Il y a différents degrés dans la méchanceté.  Bien sûr, certains qui sont à la recherche du bonheur vont commettre des actes méchants, vont blesser l'autre, pour atteindre leur idéal. Il y a aussi des actes méchants par ignorance. On peut être méchant tout en étant de bonne foi.Mais il y a aussi la méchanceté qui tend à éliminer ce qui ne plait pas, ce qui ne correspond aux convictions de la personne. Au lieu de s'adapter à son environnement, un tel être va chercher à détruire l'objet de son obsession. Puis il y a ceux qui jouissent de faire le mal aux autres. Je ne crois pas par contre que c'est une recherche du bonheur, car cette quête du plaisir obtenu dans l'acte méchant est une sorte d'addiction, une souffrance intérieure, une façon d'évacuer sa propre souffrance en faisant souffrir l'autre. Mais là, on arrive dans le cas pathologique où il y a un profond déséquilibre.Par contre, il est vrai que comprendre le conditionnement d'une personne, permet de voir l'origine de l'acte. Beaucoup ne font que subir leur conditionnement et leurs désirs. Le mental est devenu le maitre absolu et commence alors une quête sans fin où seule la souffrance est au rendez-vous.Je n'adhère pas à cette idée de rôle pour chacun selon un plan divin. Il est évident que chacun joue son rôle, mais celui-ci est attribué au fil des expériences de vie, du conditionnement, etc. Mais on peut naturellement tirer des leçons de tout.AmicalementYog

Elena 25/09/2006 23:06

Ta vision est très intéressante, yog, ainsi que tes explications sur les différentes origines et raisons d'un acte méchant. Je n'ai rien à ajouter sur cela car tu l'as très bien expliqué.Par contre, je ne vois pas toutes les choses de la même façon que toi.De mon point de vue, il y a d'un côté toutes les causes de la méchanceté (la perversion, l'ignorance...) mais j'en reviens à ce que je disais dans mon article : je crois que tout le monde cherche le bonheur. Et de mon point de vue, même le pervers, par son acte de méchanceté et sa jouissance recherchée, cherche le bonheur. Il ne connait pas d'autre moyen. Et même si le résultat est de la souffrance pour la personne méchante, au fond d'elle-même elle cherche à être heureuse.Tout le monde cherche le bonheur, tout le monde : les pervers, les névrosés, les personnes conditionnées (qui ne l'est pas ?)...Quant au rôle de chacun sur cette terre, je n'ai pas dit que je croyais à une prédestination de chaque vie. Je crois simplement au rôle de chacun sur cette terre, ainsi qu'aux rencontres et interactions non dues au hasard, mais quelque part révélatrice de ce que nous sommes à cette instant.À bientôt ! et merci pour tes réflexions très riches !

littlegeek 24/09/2006 13:40

Oui, c'est sur. Enfin, je crois que l'on tente bien souvent de combler l'un avec l'autre...