Désir de vengeance... désespoir

Publié le par Elena


Ooohhh ! Que je suis en colère et comme j'ai envie de me venger et de lui faire mal à ce sale con de merdre de géniteur !!! Parce que je n'ai plus de père, je n'ai que cette sous-merdre qui me tient lieu de "père"... gggrrrrr...

J'essaie de me contenir mais c'est dure... heureusement que mon amie est là pour essayer de me calmer et surtout me comprendre.

En guerre froide et silencieuse avec mon père depuis des mois, j'ai osé lui envoyer un mail pour lui demander des informations purement techniques concernant sa situation pour des papiers officiels que je dois remplir. Il m'a envoyé chier ! C'est tout !

Et moi je me retrouve complètement impuissante dans cette relation de pouvoir débile et complètement immature...

Mon père se venge comme il peut sur moi et du mal que je lui ai fait, et moi j'ai envie de faire la même chose ! Aucun dialogue ne peut avoir lieu, le seul langage possible est celui des relations de pouvoir pour se venger ou celui de l'ignorance pour blesser... profondément...

Quel mépris je ressens au fond de moi pour ce père... si minable... si nul... si immature... !

Comment le respecter ?

Quel pauvre diable rongé par sa propre honte et l'échec de sa vie...

Minable, je n'ai pas d'autre mot... minable... petit... mesquin...

Impossible pour moi de trouver une issue. Je sais que je ne suis pas blanche comme neige, mais j'ai au moins essayé de lui parler, le coeur ouvert. Mais rien à faire, il est enfermé dans sa tour d'ivoire d'où il ne veut pas sortir, encouragé en cela par sa femme !

Et bien, qu'il crève dans on coin, rongé par la haine, le remord, et surtout les regrets... peut-être que ça m'aidera à ne plus toujours espérer ce qui ne viendra jamais : un père digne de ce nom !

Voilà, moi aussi je sais ressentir de la haine, être méchante et souhaiter le mal... ça me donne l'impression de me soulager de ma trop grande peine...

Je suis humaine...

J'ai trouvé un autre article très bien écrit sur une situation familiale je vous suggère de le lire :
http://in.extenso.over-blog.com/article-3794733.html


Publié dans État d'âme...

Commenter cet article

kate moche 04/10/2007 00:31

Born to kill my dad!On ne choisit pas sa famille on l'a subit. Je suis passée par l"amour, la haine, le désir de vengance, l'espoir, l'abnégation, tant d'émotions et d'énergie que je suis allée de déception à déception, d'échec à échec. L'enculé continuait sans rien faire à pourrir ma vie. Je l'ai tué dans mon coeur, j'ai fait mon deuil, je n'espère plus, n'y croit plus, ne l'aime plus, ne le déteste plus. Je l'ignore en mon coeur et en mon âme, et ainsi j'ai donné vie à ma vie. Je ne souffre plus, ne perd plus d'énergie à y croire et du coup ne suis plus déçue et triste de constater l'évidence. La plus grande force est l'indifférence, le chemiinn est long, c'est un vrai deuil mais une vraie re=ésurrection aussi. Bon courage et n'abdique jamais tu as ta vie entre les mains, on a toujours le choix le plus dur est de décider et ensuiite tu seras au premier jour du reste de ta vie comme chanterait l'autre. Attèle toi à ce qui dépens de toi et détache toi de ce qui ne dépens pas de toi tu seras toujours impuissante.

Elena 06/10/2007 22:47

Merci pour ce message très fort, kate moche. Je comprends ce que tu dis et je sais que c'est un chemin parfois long et difficile, mais c'est le seul...À bientôt !

Elena 18/09/2006 18:26

Merci kaleyd'o pour ton soutien ! C'est dure de laisser sortir mes émotions... tout un apprentissage. Et je sens très bien que derrière ma colère il y a une infinie tristesse que je ne laisse pas sortir, que je veux refouler... alors je lutte. Je sais que ça n'est pas le bon moyen, mais c'est comme ça en ce moment...À bientôt !

Elena 18/09/2006 18:20

Merci beaucoup Cassandre pour ton partage... ça m'aide aussi de savoir que je ne suis pas seule à souffrir de mon père et le tien n'y a pas été avec le dos de la cuillier, me semble-t-il... aller jusqu'au tribunal pour ne pas reconnaître sa paternité : je suis soufflée !Tu as raison quand tu parles des personnes qui nous aiment autour de nous et combien elles sont importantes... simplement, quand je suis confrontée à mes parents, la blessure peut se réveiller. Nos parents sont uniques, ils sont irremplaçables... et la douleur de l'enfant que j'étais n'est pas encore guérie. C'est tout un travail de deuil... qui nécessite de ressentir la douleur et de pleurer... c'est dur... mais je crois que tu me comprends...Bonne continuation à toi, la japonaise d'adoption (plus loin de ton père, tu pouvais difficilement faire... ;-)) en pleine mutation, et à bientôt !

kaleyd'o. 18/09/2006 01:46

Exprime-toi autant que tu peux pour que la colère ne te ronge pas à l'intérieur. L'important c'est que tu ne te sentes pas toute seule.

Cassandre 18/09/2006 00:07

Si tu n'y crois plus... alors, il faut arriver à faire la paix avec toi même... te dire que ce n'est pas important au final.Le mien ne m'a pas épargnée non plus... faut dire, trainer sa fille aux tribunaux pour tenter d'annuler le fait que je sois sa fille justement, c'est tout de même assez fort de café... ça plus le reste, les insultes et j'en passe...J'ai fait le deuil en me disant que de toute façon, j'avais mes amis, des proches qui étaient là pour moi, et qui m'aidaient bien mieux qu'il ne l'a jamais fait... Tu as en plus la chance d'avoir ton amie, ton amour... laisse la colère sortir, une fois dehors, il te restera peut être le vide, mais tu pourras le remplir d'amour ... =^.^=