Sur les excuses

Publié le par Elena

Sorry, de Gorhuss (site)

Les excuses... à quoi ça sert ?

L'année dernière, je me suis excusée auprès de mon père. Je me sentais ouverte et prête à entendre que je l'avais blessé...

Mais rien de tout ça. Il n'a pas compris le sens de mes excuses et à continué à se plaindre de mon attitude (entre autre que j'avais pris un plat à 32 euros au lieu de 25 euros comme les autres le jour de mon anniversaire !(sic)). Finalement, je me suis renfermée, le ton a monté, je lui ai reproché qu'il ne s'intéressait pas à moi, il m'a reproché la même chose, je lui ai alors dit qu'il n'aurait pas du avoir d'enfant et il ma répondu que peut-être... Et en grand analyste qu'il est, il a conclu que nous ne parlons pas la même langue. Je suis partie.

J'ai beaucoup réfléchi à cette scène. Nos langage étaient réellement différents : j'essayais de toucher mon père, de l'émouvoir, d'atteindre sa sensibilité, mais lui est resté dans sa tête, dans son mental. Point de sensiblerie. La tentative de réconciliation a tourné court...

On parle d'excuses... mais aussi faut-il qu'elles soient entendables et entendues. Donc il faut que la personne à qui elles sont destinées aie aussi fait une démarche d'ouverture. Sinon, la rencontre tourne à une relation de pouvoir où la personne qui s'excuse est considérée comme coupable et devant payer pour la faute, et celle qui reçoit les excuses comme toute-puissante et dans son bon droit.

C'est ce qui se passe dans ma famille. Je suis la coupable, la méchante... et on attend de moi que je vienne m'excuser platement, me soumettre... et on verra après si je suis digne de leur pardon !

Mais point d'ouverture de coeur, de sensibilité, de compréhension... et encore moins d'amour.

Ce dernier est impossible, inimaginable dans une telle situation.

L'amour est interdit. Seules les relations de pouvoir sont autorisées.


Publié dans Réflexions...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elena 15/09/2006 14:22

Merci d'avoir posté un commentaire, barllok, ça me fait super plaisir ! N'hésite pas d'autres fois à me faire part de ce que tu ressens et peut-être te reconnaîtras-tu dans certains de mes articles...Je te souhaite du bonheur tout plein sur ta route difficile et qui sait ??Bises

barllok 15/09/2006 13:51

Salut lna.....
je suis très content de pouvoir te suisvre..... sur ton nouveau blog.....  je te lis de temps en temps.... avec beaucoup d\\\'attention......       
  et crois-moi......tes questions....et tes expériences....vécues....me touche beaucoup...et me font ...pas mal réfléchir...... sur la relation que j\\\'ai ....auprès de mes parents........ pourais -je leurs pardonner un jour....??........en tout cas aujourd\\\'hui ....je me pose cette question.... alors qu\\\' "hier"........ j\\\'étais moi aussi....horphelin..... 
 je te l\\\'ai jammais dit..... mais tu m\\\'apporte beaucoup de lunière à mes sombres pensée...... MERCI!!
et bonne continuation......sur ta créativité..........
à bientot.....

Elena 15/09/2006 09:58

Merci cat pour votre longue réflexion intéressante...Plusieurs questions... queslques réponses...Pourquoi il ne m'est pas possible de "divorcer" de me parents... bonne question ! Il y a quelque part en moi une lutte incessante pour ne pas ressentir la réalité telle qu'elle est : une famille totalement dysfonctionnelle, pervers  et aux relations d'amour impossible sans soumission. Une mascarade de famille, si on veut.Je devrais faire le deuil de ma famille idéale... mais je lutte, je n'arrive pas à lâcher l'espoir... ce qui me ferait ressentir une déséspoir immense... terrible à imaginer...Je préfère encore la lutte désespérée au déséspoir lui-même...Le deuil implique l'acceptation... et l'acceptation implique ressentir le désespoir....Et cela me paraît terrible.... terrible.... si je m'autorisais à ressenrit vraiment ce qu'il y a au fond de moi...Vos questions par rapport à votre fille, je serais bien prétencieuse de vous donner des conseils, n'ayant pas d'enfant moi-même. La seule chose que je pourrait m'autoriser à vous suggérer, c'est de travailler sur vous, votre histoire, votre enfance à vous. D'être consciente de la réalité de votre histoire à vous, ce sera tout bénéfice pour votre fille. Plus il y a de conscience, moins il y a de choses transmises inconsciemment à la descendance.Dans ma famille, la règle d'or est le silence. C'est une accumulation de non-dits pour préserver des apparences...À bientôt !

cat 15/09/2006 09:13

Bonjour Elena.Je vous suis sur votre nouveau site et je continuerai à vous lire ici.Vos commentaires concernant vos liens familiaux me font m'interroger.Premièrement par rapport à ma fille. Comment faire pour ne pas la brimer, l'étouffer, l'empêcher d'être elle-même tout en lui donnant des limites, des valeurs et des repères ?C'est tellement difficile de faire juste.Deuxièmement, je me demande pourquoi il ne vous est pas possible de "divorcer" de vos parents. De tourner la page paisiblement tout en acceptant que jamais une vraie explication n'aura lieu. Qu'il y a incompatibilité totale ?Concernant vos luxueux et dispendieux repas d'anniversaire (!!) vous me larguer dans un monde inconnu ... J'aurai presque envie de prendre ça à la rigolade, mais le sérieux de vos propos m'en empêche. Enfin la prochaine fois, mangez avant ... vous aurez moins d'envies ... ;-)(je précise que si votre histoire m'interpelle, je ne suis pas concernée par des problêmes familiaux, et il est très possible que je ne sois pas en mesure de tout ressentir comme vous le faites.)

Elena 14/09/2006 21:36

Salut Moening ! Super contente d'avoir de tes nouvelles sur mon nouveau blog !Je ne sais pas comment ça va pour toi... Ca te dit qu'on papotte une fois sur Doctissimo ? (j'y suis pas allée depuis un moment mais...)À bientôt !Bises...