L'orientation bisexuelle semble réellement exister !

Publié le par Elena

justthethreeofus.jpgJust the three of us, sculpture en bronze sur marbre (2001) de Regina Reinhardt (site)

J'ai envie de vous faire partager un article sur lequel je suis tombée aujourd'hui et qui traite de la bisexualité féminie. C'est une étude longitudinale qu'a menée Lisa Diamond pendant 10 ans (!) pour voir si l'orientation bisexuelle évoluait dans le temps vers un e stabilisation homosexuelle ou hétérosexuelle. Je vous laisse lire l'article si ça vous intéresse (cyberpress.ca):

Le samedi 26 janvier 2008

Bisexuelle, une orientation bien définie

Sébastien Landry

La Presse

La bisexualité chez les femmes ne serait pas une étape de transition vers l'homosexualité, mais plutôt une orientation sexuelle bien définie, au même titre que l'homosexualité et l'hétérosexualité.

'); Click here to find out more!

C'est du moins ce que révèle une étude publiée cette semaine dans le Developmental Psychology Journal par une chercheuse de l'Université d'Utah.

Au cours de son étude qui a duré 10 ans, Lisa Diamond a demandé à cinq reprises à un groupe de 79 femmes non hétérosexuelles d'identifier elles-mêmes leur orientation sexuelle: homosexuelle, bisexuelle ou indécise.

À la fin de la recherche, 92% des participantes qui s'étaient dites bisexuelles au début de l'étude avaient maintenu leur choix. Seules quelques-unes avaient changé d'orientation et s'identifiaient comme homosexuelles ou hétérosexuelles.


La bisexualité n'est pas une étape


Ces résultats s'opposent donc au modèle voulant que la bisexualité des femmes ne soit qu'une étape vers l'homosexualité. «Le fait que le comportement sexuel de ces femmes ne change pas dans le temps et qu'il soit distinct de celui des femmes homosexuelles et hétérosexuelles suggère une troisième orientation», écrit l'auteure de la recherche.

À l'inverse, l'étude montre plutôt que ce sont les femmes qui se disaient homosexuelles en début d'étude qui ont eu une propension à adopter des comportements bisexuels. Ainsi, 60% d'entre elles ont dit avoir eu des contacts sexuels avec un homme au cours des 10 années qu'a duré la recherche. Selon Lisa Diamond, ces résultats appuient l'idée qu'une certaine fluidité existe entre les genres. En d'autres mots, certaines femmes pourraient passer d'un comportement homosexuel à un comportement bisexuel, puis revenir à un comportement homosexuel et ce, tout naturellement.


On s'en doutait...


Pour Nathalie Legault, sexologue clinicienne et psychothérapeute, ces résultats confirment quelque chose que l'on savait déjà.

«Depuis les travaux de Kinsey (un des premiers chercheurs à avoir fait l'étude scientifique du comportement sexuel humain) dans les années 50, on sait que l'hétérosexualité, l'homosexualité et la bisexualité pures n'existent pas. Il s'agit d'un continuum où chaque individu peut être plus d'un côté ou plus de l'autre. Par contre, ce que l'étude semble démontrer, c'est qu'il y a une plus grande proximité entre l'homosexualité et la bisexualité qu'entre l'hétérosexualité et la bisexualité.»

Lisa Diamond termine son étude en précisant que d'autres recherches sur un plus grand nombre de participants devront être réalisées avant de pouvoir généraliser ces résultats.

undefined

Publié dans Bisexualité

Commenter cet article